CONTACT

DRA3
P.A. EIAFR
BVD DE PÉROLLES 80
CASE POSTALE 32
1705 FRIBOURG
INFO@DRA3.CH
+41 76 562 66 81
Ecole professionnelle

Viège (VS)

Réalisation: 2007-2009

Maître de l'ouvrage: Etat du Valais, Département des transports, de l'équipement et de l'environnement, Sion

Architecte: Bonnard Woeffray / architectes fas sia, Monthey


L'architecture d'auteur parvient, au-delà des conditions qui lui sont imposées et de ses limites externes et internes, à aborder des thèmes touchant à la ville et à la civilisation. Cela présuppose cependant un débat continu. Le concours représente pour cela la forme idéale. La seule idée du concours favorise la mobilité d'esprit.

Dans la discussion, de nouvelles idées émergent et la conviction nécessaire à leur mise en oeuvre se renforce.

Les auteurs de l'Ecole professionnelle de Viège n'ont pas seulement développé un concept intelligent, ils ont aussi su le concrétiser, avec une grande conséquence, dans un projet d'une force exceptionnelle.

Dispersé, un peu décati et comme sous l'effet d'un sort, le lieu reçoit de l'école une nouvelle impulsion. Grâce à son implantation précise, le nouveau volume articulé agrandit avec respect l'école existante et confère au complexe le caractère d'un campus. La matérialisation du bâtiment exprime une identité forte et, oscillant entre présence et illusion, parvient à activer le contexte.

Andreas Bründler, membre du jury


Présentation

006L.jpg
Cycle d'orientation

Carouge (GE)

Réalisation: 2008-2009

Maître de l'ouvrage: République et Canton de Genève, DCTI et DIP, Genève

Architecte: B+W architecture sàrl, Lausanne, Tekhne SA, Lausanne


Le bâtiment est posé très calmement dans le site et donne beaucoup à la générosité des espaces intérieurs et à la variété des hauteurs. L'organisation des espaces, dans ce grand parallélépipède, est très régulière et se distribue par de longues circulations d'un bout à l'autre du bâtiment, dont la dimension est assez large pour y créer des espaces de convivialité, de rencontre ou de travail.

L'organisation en coupe, permet dans un même volume simple, de créer des hauteurs différentes et une variété de volumes, appropriés aux différentes fonctions des espaces: des salles de classe banalisées aux salles de sport et hall en triple hauteur. La communication entre ces espaces se fait par les grandes circulations qui donnent facilement accès à tous les locaux.

L'implantation permet de profiter de la topographie du terrain et de générer deux niveaux en rez-de-chaussée.

Le système constructif très efficace et optimisé, avec le plan des façades indépendant de la structure, permet de créer de la flexibilité en limitant l'impact intérieur des points porteurs. Il permet de maximaliser le volume intérieur.

Les matériaux employés sont très simples, souvent laissés bruts, mais assemblés et mis en place avec précision, et sans aucun surplus de matière. L'équipement intérieur et les installations techniques éliminent toute sophistication, et le bâtiment utilise largement le principe de ventilation naturelle par les façades.

L'économie du projet ne pèse pas sur l'architecture, mais au contraire pousse à une certaine simplicité qui donne le sentiment d'alléger le bâtiment.

Ce bâtiment est un bon exemple, d'une architecture qui a surmonté très positivement les contraintes économiques, énergétiques, fonctionnelles, pour créer un bâtiment spacieux et confortable, totalement en lumière naturelle, contrôlée par des stores, et un rapport très agréable avec l'extérieur, de vues et de transparence, filtrées par la structure.

Anne Lacaton, membre du jury


Présentation

CAROUGE-S.jpg
Bâtiment administratif

Nyon (VD)

Réalisation: 2009-2010

Maître de l'ouvrage: UEFA, Nyon

Architecte: BASSICARELLA ARCHITECTES SA, Genève


Du fait de leur capacité financière et de leur gestion efficace, les multinationales et les organisations internationales sont en mesure de produire, grâce à des concours de haut niveau, des bâtiments de grande qualité et, partant, de donner d'importantes impulsions pour le développement architectural d'une région. L'immeuble administratif de l'UEFA à Nyon offre le parfait exemple d'une attitude socialement et culturellement responsable.

De forme circulaire, il laisse au siège principal voisin son rôle de bâtiment représentatif et permet aux places de travail, grâce aux vitrages qui se déploient sur tout son pourtour, de communiquer avec l'impressionnant parc environnant et la cour intérieure, tranquille et mystérieuse. Les dalles, dont la saillie varie en fonction de l'orientation, procurent l'ombre voulue tout en assurant un apport maximal de lumière naturelle - un dispositif qui contribue, avec le recours à des sources d'énergie alternatives et un concept d'installations techniques intelligent, à faire du bâtiment un exemple de durabilité.

Mike Guyer, membre du jury


Présentation

UEFA-S.jpg
Complexe multifonctionnel

Neuchâtel (NE)

Réalisation: 2005-2007

Maître de l'ouvrage: Ville de Neuchâtel, Swisscanto, Publica, HRS SA

Architecte: Geninasca Delefortrie SA, Neuchâtel


Les exemples de stades combinés avec des services urbains et insérés avec succès à proximité du centre ville sont rares, de même que les exemples de partenariat réussis entre le public et le privé. Cela fait du stade de la Maladière une exception qui mérite d'être soulignée. De par sa situation, le complexe fait encore partie du tissu urbain et doit répondre aux exigences du lieu, autant sur le plan de l'expression architecturale que de l'organisation de ses différentes fonctions: un stade de 12'000 places, d'innombrables boutiques et magasins répartis sur 28'000 m2 de surface commerciale, 6 salles de sport, 1 caserne de pompiers . Tous ces éléments ont été combinés avec habileté, de façon à former un ensemble fonctionnel cohérent capable de créer un pôle attractif à l'entrée orientale de la ville. La disposition du stade lui-même, avec son utilisation sporadique, six mètres au-dessus du niveau de la route est particulièrement judicieuse puisqu'elle permet le déploiement des fonctions les plus fréquentées au niveau de l'espace public.

L'expression architecturale d'un si grand volume a été recherchée dans un travail d'échelles et de proportions. Le stade en tant que superstructure semi-transparente s'ouvre sur la ville et sur le paysage, tandis que la partie socle réagit de manière différenciée autant à l'environnement urbain immédiat de chacun de ses côtés qu'aux fonctions qui y sont localisées. Au contraire des trois autres côtés orientés sur des rues, l'entrée du stade avec ses escaliers monumentaux s'ouvre sur une place aux dimensions appropriées, conférant à l'ensemble l'échelle qui convient à une oeuvre de cette envergure.

Marie-Claude Bétrix, membre du jury


Présentation

086L.jpg
Chalet de vacances

Les Diablerets (VD)

Réalisation: 2007-2009

Maître de l'ouvrage: Privé

Architecte: Charles Pictet Architecte FAS SIA, Genève


Les maisons individuelles et de vacances contreviennent a priori aux principes du développement durable. Si l'on veut en construire quand même, il convient d'offrir une plus-value esthétique et culturelle. Une partie de ce devoir incombe aux communes, qui doivent régir de manière très stricte la conception de tels bâtiments en fonction des spécificités du patrimoine bâti local. L'autre incombe aux architectes, qui sont responsables de la durabilité intégratrice de leurs oeuvres.

En réinterprétant avec sensibilité un type artisanal traditionnel, l'auteur de ce chalet de vacances est parvenu à une synthèse profonde et éminemment architectonique. Enchâssé dans une structure spatiale en bois, le noyau de distribution central déploie sa force verticale: il amplifie les hauteurs d'étage, réduites à un minimum presque insupportable, et transforme l'ordre architectural en un cosmos labyrinthique. Les différentes perspectives dont on jouit en position couchée, assise et debout trouvent leur correspondance dans l'espace, les ouvertures et le mobilier. Contaminé par une conception contemporaine de l'habiter, le «chalet» traditionnel donne naissance à un nouveau type, dans lequel se nichent les images qui nous sont familières. L'atmosphère à la fois complexe et engageante que dégage l'intérieur du bâtiment se communique aussi au paysage alpin.

Astrid Staufer, membre du jury


Présentation

096L.jpg
Maison à Frontenex

Genève (GE)

Réalisation: 2005-2006

Maître de l'ouvrage: Privé

Architecte: Charles Pictet Architecte FAS SIA, Genève


Tout architecte qui se respecte se fait un devoir de traiter les questions qui lui sont adressées «dans les règles de l'art», c'est-à-dire conformément aux acquis les plus récents du métier et aux règles qui permettent à chaque réalisation nouvelle de dialoguer avec l'ensemble des oeuvres qui incarnent la culture architecturale. La Maison à Frontenex, dans laquelle l'architecte avait à composer avec des éléments préexistants dans le site (une orangerie, un jardin potager, un grand domaine avec son ordonnance générale), démontre de manière exemplaire comment un bon projet est capable de transformer des contraintes initiales en éléments moteurs de l'innovation. L'agencement des volumes en plan et en coupe, la disposition des parcours intérieurs et extérieurs, la régie des vues et des lumières, le traitement structurel des maçonneries et la finition des surfaces uniformément minérales, témoignent d'un sens exceptionnel de la mesure, d'un savoir-faire informé aussi bien des traditions artisanales que des récents développements technologiques et d'une étonnante capacité à équilibrer la recherche de «l'unité dans l'ensemble et de la variété dans les détails» (pour le dire à la manière des traités du XVIIIe siècle). A cet égard, on peut affirmer que cette oeuvre propose une interprétation parfaitement contemporaine des valeurs classiques (au meilleur sens du terme) de l'architecture.

Sylvain Malfroy, membre du jury


Présentation

097L.jpg
3 maisons individuelles en zone inondable

Fribourg (FR)

Réalisation: 2007-2008

Maître de l'ouvrage: Famille Etter Boschung, Fribourg, Famille Fasel, Fribourg

Famille Leuenberger, Fribourg

Architecte: Bakker & Blanc architectes associés, Lausanne


Fribourg, loin sous la vieille ville, au bord de la Sarine. Un terrain qui fut inondé en 2005. Dangereux de s'y installer, semble-t-il. Le plan de quartier - presque une contradiction - prévoit que le terrain soit comblé jusqu'à un niveau qui réduise les crues centennales à une hauteur de 60 cm au maximum. De manière à ce que les pompiers puissent facilement intervenir et mettre les habitants en sécurité.

Les trois habitations semblent avoir été déposées par le courant. Leurs garages en béton les ancrent solidement au sol. Construites sur des plates-formes évoquant des palafittes, les trois maisons en bois sont à l'abri des inondations. Les séjours sont bien au-dessus, au deuxième étage. Leurs loggias en saillie surplombent la rivière.

Cette adaptation fine au contexte a généré une typologie singulière, qui, dans ce lieu particulier, revêt une dimension presque poétique. Les maisons sortent du terrain comme des périscopes dirigés vers la ville. Leur coupe caractéristique, leur matérialisation discrète et l'expression presque précaire de la construction légère créent une atmosphère qui, en un dialogue intense, marque le lieu tout en étant générée par lui. Il est ici fait de nécessité vertu.

Pia Durisch, membre du jury


Présentation

173L.jpg